MRCC-NOUMEA-125pMRCC Nouméa - Nouvelle Calédonie
Maritime Rescue Coordination Centre
Centre de Coordination de Sauvetage Maritime
VHF 16 / TEL 16
MMSI 005401000 / Inmarsat 422799194 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Actualités
feed-image S'abonner au Flux RSS

Relève à la tête du PC secours en mer

LNCArticle de presse des Nouvelles Calédoniennes

Capitaine de Corvette Yvon Coupannec
"Un métier compliqué et passionnant"

Deux ans après avoir pris le commandement du PC secours en mer, l'officier le plus médaillé du Pacifique s'envole pour le Koweit. Un dernier poste de marin au terme duquel, il n'exclut pas de revenir en Nouvelle-Calédonie.20000811 Dpart CC Coupannec

LNC : A l'heure de mettre les voiles vers de nouveaux horizons, quel bilan faites-vous de votre missions en Nouvelle-Calédonie ?
Yvon Coupannec : Celui d'avoir fait un métier compliqué, passionnant et dense. Le rôle de commandant du PC secours oblige à nouer des contacts avec toutes sortes de gens de tous milieux, à la fois au niveau local et international.
 
LNC : Depuis votre prise de commandement, il y a deux ans, le PC secours a suivi environ 370 affaires de sauvetage et coordonné 80 opérations lourdes. Laquelle restera votre meilleur souvenir ?
YC : Sans doute le sauvetage du pêcheur futunien et de son bateau qui avait dérivé pendant 36 heures avant d'être repérés par le Gardian de l'aéronavale et récupérés par un cargo que nous avions dérouté.
 
LNC : Et le plus triste ?
YC : Le naufrage corps et bien du ferry vanuatais Latua avec 27 personnes à bord. Nous avions été prévenus très tard du drame et malgré les gros moyens mis en œuvre nous n'avons rien retrouvé du navire ou des passagers. Cette opération a été très difficile à vivre pour tous les acteurs impliqués dans son exécution.

 

20000813 Arrive CC QuenehenCapitaine de Corvette Bernard Quenehen
"Je vais partager mon temps entre le PC secours et les opérations maritimes"

Le capitaine de corvette Bernard Quenehen a fait carrière dans l'aéronavale. Marié et père d'une fille de vingt ans, il prend la succession du capitaine de de corvette Yvon Coupannec à la tête du PC secours en mer.

LNC: Comment avez-vous réagi à l'annonce de votre nomination à ce poste ?
Bernard Quenehen : Avec une grande joie. Car jusqu'à présent j'ai effectué toute ma carrière dans l'aéronavale et je n'ai jamais eu l'occasion de quitter la métropole.
 
LNC : ainsi, vous n'avez jamais eu de responsabilité du secours en mer auparavant ?
BQ : Non et c'est aussi ce qui fait l'attrait de cette nouvelle fonction. en revanche, en temps que chef du centre des opérations à l'aéronavale, j'au eu l'occasion de participer à de nombreuses missions de sauvetage. Ici, je vais partager mon temps entre le PC secours et les opérations maritimes.
 
LNC : Vous êtes arrivé le 9 août et, le 11, vous coordonniez le sauvetage de quatre naufragés aux iles Chesterfield. Comment s'est déroulée cette première opération ?
BQ : Parfaitement bien, puisque les plaisanciers ont pu être récupérés une douzaine d'heures après que nous eûmes reçu l'appel de détresse. Cette première opération m'a permis de constater que la collaboration avec les MRCC australien et néo-zélandais fonctionnait efficacement.

 

Le PC secours en mer s'installe à l'état-major des FANC

LNCArticle de presse des Nouvelles Calédoniennes écrit par Jérôme Gavelle

Le centre des opérations de sauvetage en mer, jusqu'à présent situé à la base navale de la pointe Chaleix, vient de s'installer dans le bâtiment de l'état-major des Forces armées en Nouvelle-Calédonie, rue Frédéric Surleau. Un déménagement qui s'inscrit dans la logique de l'action des professionnels du secours en mer, dont la vocation est de travailler avec toutes les administrations.

Pas de changement notoire pour le grand public : le numéro de téléphone des anges gardiens du lagon et de la zone maritime sous sa juridiction (grande comme 4 fois la France) ne change pas  : 26 47 72.

En revanche pour les professionnels du secours en mer, ce déménagement va dans le sens d'une efficacité accrue.

Des prises de décision plus rapides20000701 dmnagement PCSM

"Même si nos locaux ici sont plus petits qu'à Chaleix, confie le capitaine de corvette Yvon Coupannec, chef du PC secours, nous avions tout intérêt à nous rapprocher du centre opérationnel interarmées (COI). Pour deux raisons. En premier lieu, nous allons bénéficier du système de communication du COI ; ensuite  nous allons pouvoir obtenir des conseils, en temps réel, des principaux responsables de chaque corps d'armée, ici, sur place. Nous aboutirons ainsi à des prises de décision plus rapides. Il ne faut pas oublier que le PC secours n'est pas une structure autonome et qu'il est appelé à travailler avec toutes les administrations."

En effet, pour entrer en action, le centre de sauvetage peut faire appel à tous les moyens de l'Etat : vedettes de la Marine nationale, de la Gendarmerie, de la Douane, avions de l'armée de l'Air ou hélicoptère de l'Etom 52 ou de la gendarmerie. Il peut aussi faire appel à tous les navires de commerce, de pêche ou de plaisance qui croisent sur la zone  d'un appel de détresse.

18 opérations de sauvetage depuis le début de l'année

Trois hommes et un officier sont attachés au PC secours en mer. "Cette année les statistiques sont très basses, se félicite le commandant Coupannec. Nous avons coordonné à ce jour 18 opérations de sauvetage en mer, contre 40 pendant la même période en 1999. Parallèlement, nous en avons suivi soixante, contre le double l'an passé". Difficile d'en être sûr, mais les dernières campagnes de prévention et d'information, ainsi que les opérations coup de poing, toutes très médiatisées, ont sans doute porté leurs fruits.

Nous avons 98 invités et aucun membre en ligne

Centre de Coordination de Sauvetage Maritime - MRCC Nouméa - 2013 : 2016 - Webmaster