Titre site MRCC 150
  • Actualités
feed-image S'abonner au Flux RSS

29 juin : Journée nationale des sauveteurs en mer

20170629 001Le sauvetage en mer a reçu le label Grande Cause nationale pour l’année 2017. À cette occasion, le 29 juin a été désigné comme Journée nationale des sauveteurs en mer. Services de l’État, moyens associatifs : l’ensemble de la chaîne des secours est mobilisée pour assurer le sauvetage des personnes en détresse. Partons à la découverte de ceux qui participent à la sécurité en mer sur le littoral français.

Les CROSS et MRCC, maillon central du dispositif national du sauvetage en mer.

Sous l'autorité des préfets maritimes, les centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage en mer (CROSS), services spécialisés du ministère, constituent le maillon central du dispositif national par une veille permanente 365 jours par an. Répartis dans 9 centres de métropole et d’outre-mer, 300 professionnels engagés assurent jour et nuit la coordination des secours en mer. Ils déclenchent tous les moyens nécessaires pour organiser les opérations et travaillent en permanence avec leurs partenaires sur le terrain.

 Télécharger la brochure : Les CROSS : 50 ans de surveillance et de sauvetage en mer.

Sauvetage en mer : comment intervient l'Etat ?

Coordonnés par les CROSS et MRCC, l'Etat français peut mobiliser différents services :

  • les bâtiments, les avions, les hélicoptères de la Marine nationale et les hélicoptères de l'Armée de l'air ;
  • les hélicoptères de la Sécurité civile ;
  • les vedettes et les hélicoptères de la Gendarmerie ;
  • les vedettes, les avions et les hélicoptères des Douanes ;
  • les patrouilleurs et les vedettes des Affaires maritimes.

La Société nationale de sauvetage en mer

L’action des CROSS repose aussi sur des moyens associatifs, dont ceux de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) qui fête ses 50 ans cette année. Plus de 7 000 bénévoles opérationnels et volontaires, répartis dans 218 stations de sauvetage en France métropolitaine et outre-mer, agissent au quotidien pour sauver des vies. Association loi 1901 reconnue d’utilité publique depuis 1970, la SNSM dépend principalement de la générosité du public pour mener à bien l’ensemble de ses missions. À l’occasion de l’année du sauvetage en mer, désigné Grande Cause nationale, et des 50 ans de la SNSM, un appel aux dons est lancé.

Pour soutenir la SNSM, je fais un don.

Pour cette 1ère journée nationale des sauveteurs en mer, Mme Elisabeth Borne, ministre chargée des transports (ministère de la transition écologique et solidaire), adresse un message à l'ensemble des femmes et des hommes qui participent directement à la sécurité de notre littoral et des espaces maritimes plus éloignés.

 

France Inter : La Marche de l'histoire

20170523 001En préambule de l'exposition "Mayday", ouverte au Musée de la Marine à Port-Louis (Morbihan) dans le cadre du cinquantenaire des CROSS et de la SNSM, Jean Lebrun revient, dans son émission "La marche de l'histoire" sur France Inter et en compagnie de son invité Vincent Guigeno, sur l'histoire du sauvetage en mer.

Le Sauvetage en mer
Longtemps, la mort en mer fut regardée comme une fatalité. Le sauvetage, en conséquence, n'apparaissait pas comme une nécessité. Le mot même ne fut formé qu'à la fin du XVIIIème siècle. Dans le Littré, la première acception qui vient est : action de retirer des flots les débris d'un naufrage. Le sauvetage comme aubaine... Puis le dictionnaire ajoute : " se dit aussi de l'action de sauver des hommes tombés à la mer...

Cette émission traite de la création de la SNSM et des CROSS et de leur fonctionnement. Vous pouvez écouter cette émission très intéressante en cliquant ici.
Toutes les informations pratiques sur l'exposition au Musée de la Marine de Port-Louis en cliquant ici.

Atelier régional PACSAR - Démonstration SAR

20170521 001Le mercredi 24 mai 2017, lors du Pacific Search & Rescue Workshop, les organismes de sauvetage néo-zélandais, avec la participation des garde-côtes américains, ont fait une démonstrations de sauvetage.
Le scenario : une opération de recherche est en cours sur une petite embarcation de plaisance. L'avion des Coast-Guards américain Hercules C130 est engagé pour effectuer la zone de recherche. L'embarcation est finalement repérée grâce à l'utilisation de signal pyrotechnique. Le C130 entame alors une manœuvre de largage de chaîne SAR (largage d'un radeau de sauvetage permettant de mettre en sécurité l'équipage car leur embarcation est en train de sombrer). Un hélicoptère BK 117 de l'Auckland Westpac Rescue est ensuite engagé pour effectuer le treuillage à bord du radeau. Vous pouvez remarquer que le plongeur de l'hélicoptère saute directement à l'eau car l'hélicoptère descend très bas sur l'eau.

Atelier régional PACSAR 2017

20170521 001

Après deux années de travail intensif et de coopération internationale, les membres du "Pacific Search & Rescue  workshop" se retrouvent pour leur rendez-vous biannuel. Le précédent atelier régional, accueilli par la Nouvelle-Calédonie en avril 2015, n'avait pu réunir que 12 pays et territoires du Pacifique. Cette année, les organisateurs (Le Secrétariat général de la communauté du Pacifique (CPS), l'organisation maritime international (OMI) et Maritime NZ font le plein puisque 21 des 23 pays et territoires seront présents à Auckland. La Nouvelle-Zélande, l'Australie, les Etats-Unis, la Nouvelle-Calédonie, Wallis & Futuna, la Polynésie Française, Fidji, les Iles Cook, la Micronésie, Guam, Kiribati, les Iles Marshall, Nauru, Niue, Palau, la Papouazie-Nouvelle-Guinée, les Samoa, les Tonga, Tokelau,  Tuvalu et le Vanuatu. Ne manquait à l'appel que les Samoa Américaines et les Iles Salomon.

Des partenaires et des observateurs du SAR ont aussi été conviés pour participer aux débats et aux échanges. Etaient présents des délégations de l'agence "Bandasar" assurant la recherche et le sauvetage en Indonésie, de Carnival Australia, de CLS Australia, L'IMRF (International Maritime Rescur Federation), de Kordia, de Mc Murdo, de New Zealand Defense Force, de New Zealand Police, de NZ SAR, de Pacific Islands Chiefs of Police et de New Zealand Royal Air Force.

20170521 002

Les discours d'accueil et d'ouverture du 7ème atelier régional ont été prononcé par Keith Manch - Directeur de Maritime New Zealand - et par Thierry Nervale - Directeur-adjoint de la division transports de la CPS. Ils ont souligné les défis des pays et territoires du Pacifique pour répondre aux accidents maritimes et la nécessité de travailler en collaboration pour mettre en place des services de recherche et de sauvetage efficaces.
Le représentant de l'OMI, Carlos Salgado, a rappelé l'obligation humanitaire fondamentale d'assistance qui doit être fourni à toute personne en détresse en mer, et la nécessité de mettre en place des services de recherche et de sauvetage alignés sur les normes internationales.
Enfin, le directeur du JRCC Wellington, Mike Hill, a rappelé la nécessité de renforcer la coopération régionale pour améliorer les capacités SAR dans le Pacifique en soulignant l'approche unique du SAR par la Nouvelle-Zélande.

Le Cedre forme les acteurs locaux

Article extrait de la lettre d’information"Sécurité civile Infos" de Mai 2017

Le Cedre* forme les acteurs locaux à la gestion d'une crise POLMAR-Terre.
20170505 002L'augmentation du trafic maritime en Nouvelle-Calédonie doit conduire les acteurs locaux à prendre très au sérieux le risque de pollution d'origine maritime.
Si les pollutions en mer font l'objet d'une vigilance particulière de la part du MRCC et d'entrainements réguliers de la part des services de l'Action de l'Etat en Mer (AEM), les conséquences à terre de tels sinistres, souvent inévitables étaient jusqu'alors mal appréhendées.
Le retard est désormais comblé après une mission d'expertise confiée à Benjamin Couzigou pendant un an pour actualiser le dispositif ORSEC POLMAR-Terre et définir les moyens opérationnels à mettre en œuvre dans le cadre d'une telle crise. Deux formatrices du Cedre, Nathalie Monvoisin et Emmanuelle Poupon, sont venues de métropole pour former, pendant deux jours et demi, les acteurs locaux des différents services impliqués et pour mettre en place un exercice cadre sur 24 heures.
20170505 001L'occasion pour les services communaux, provinciaux, de l'Etat et du Gouvernement  (DITTT, DIMENC, DASS, DSCGR) de travailler sur un scénario de pollution au fioul lourd sur la zone de Païta, impactant la baie de Toro, Port Laguerre et les lotissements du littoral de la commune. Une formation et un exercice qui ont mis en exergue la nécessité d'un travail collaboratif entre les services d'urgence, en charge des chantiers de dépollution, et ceux de la Province appelée à gérer le stockage des déchets issus de la pollution. Un volume qui peut être jusqu'à dix fois plus important que le volume de produit polluant initialement déversé en mer.

* Centre de documentation, de recherche et d'expérimentation sur les pollutions accidentelles des eaux

Nous avons 101 invités et aucun membre en ligne

Centre de Coordination de Sauvetage Maritime - MRCC Nouméa - 2013 : 2016 - Webmaster